Publié le

Cinéma : « Plaire, aimer et courir vite »

Vincent Lacoste raconte les scènes de sexe de « Plaire, aimer et courir vite », l’acteur principal et coup de coeur inattendu du superbe film de Christophe Honoré, s’épanche sur les scènes de sexe et ce rôle à contre-emploi.

S’il avait été un début d’objet de désir pour Virginie Efira et la réalisatrice Justine Triet dans le très réussi Victoria, Vincent Lacoste crève définitivement l’écran dans un rôle aux antipodes de ce à quoi le jeune acteur nous a habitués jusqu’ici. Elle est loin la révélation de Riad Sattouf dans Les Beaux Gosses, une comédie à succès dans laquelle le jeune garçon se posait en ado un peu moche et benêt, dans les balbutiements de sa sexualité. Dans Plaire, aimer et courir vite de Christophe Honoré, il incarne aussi un jeune homme qui se cherche. Mais il est beau, notamment lorsque la caméra le suit dans ses ébats sexuels avec Pierre Deladonchamps.

« Je n’ai pas vraiment eu peur quand j’ai lu le scénario. C’est plutôt ensuite que je me suis demandé comment j’allais faire pour jouer ça. D’autant qu’il était encore plus sexuel dans le film, avoue l’intéressé dans une interview aux Inrockuptibles. Il y avait des choses assez crues, des indications comme ‘ils font un plan à trois’. »

« Mais j’avais envie de tester de nouvelles choses, poursuit l’acteur. Et Honoré a toujours été hyper respectueux et attentif vis-à-vis de notre corps. Il mimait les scènes de sexe, il ne nous balançait pas juste, ‘Bon bah là, vous vous foutez à poil et vous baisez’. » Ne vous attendez pas à voir une polémique à La Vie d’Adèle avec deux acteurs masculins qui auraient été humiliés, ressurgir. « Une scène de sexe n’est qu’une expression amoureuse comme une autre, affirme de son côté Christophe Honoré dans Paris Match. Il faut éviter d’être dans la performance. » À Vincent Lacoste de confirmer : « Concernant les scènes de sexe, grâce à Pierre, c’était assez joyeux. J’étais un peu stressé par ça, assez intimidé même et il m’a mis très à l’aise. Mine de rien, je n’avais jamais embrassé un garçon avant.« 

« Par rapport à mes rôles précédents, j’ai l’impression que je devais faire un chemin plus grand vers le personnage. Il est peut-être celui qui est le moins proche de moi, estime Vincent Lacoste. En plus de son orientation sexuelle, il a très confiance en lui, il est très conquérant, très sexuel. C’est nouveau pour moi de me voir filmer de cette manière. » Si l’acteur de 24 ans ne semblait pas être une évidence, de part son parcours, il était totalement légitime pour Christophe Honoré. « Je ne voulais pas d’un jeune acteur au look de minet. Vincent a une séduction différente, hors des codes gay« , assure le cinéaste.

Interview à retrouver dans Les Inrockuptibles, en kiosques depuis le 7 mai 2018.

Laisser un commentaire